Actualités


Janvier 2011

adoma
Incendie du foyer ADOMA :
l’Assurance Maladie de la Côte-d'Or débloque une subvention exceptionnelle de 10 000 euros

Dans le cadre de sa politique d’action sanitaire sociale, le Conseil de la Caisse d’Assurance Maladie de la Côte-d'Or (CPAM) a décidé, le remis le 6 janvier 2011, une subvention exceptionnelle de 10 000 euros à l’institution ADOMA.
Parallèlement à ce soutien financier, l’Assurance Maladie de la Côte-d'Or reste mobilisée et poursuit l’accompagnement administratif initié dès le lendemain de l’incendie auprès des résidents, de la direction du foyer et des structures ayant pris en charge les sinistrés (hôpitaux, pharmacies…).

Objectif : solidarité et soutien aux sinistrés

Cette subvention exceptionnelle attribuée par l’Assurance Maladie de la Côte-d'Or est destinée à aider les personnes ayant subi les conséquences directes du sinistre survenu le 14 novembre 2010, dans le quartier de la Fontaine-d’Ouche à Dijon.

Les dépenses visant à être prises en charge sont celles relatives aux frais de santé faisant suite aux hospitalisations des sinistrés. Néanmoins, le caractère exceptionnel du sinistre et la fragilité des populations concernées conduisent l’Assurance Maladie à exercer pleinement sa mission d’assureur solidaire en santé, en donnant toute légitimité à ADOMA pour utiliser cette subvention au titre de dépenses matérielles ou de première nécessité (nourriture, vêtements, produits d’hygiène, literie, réfrigérateur…).


Un accompagnement global dès les premiers instants

Dès les jours suivants l’incendie du foyer ADOMA, les équipes du Pôle de réduction des inégalités sociales de santé de la CPAM se sont mobilisées afin d’apporter un soutien aux responsables du foyer, aux résidents, mais aussi aux établissements hospitaliers (notamment le CHU de Dijon et la clinique de Chenôve) et au CCAS de Dijon pour assurer la prise en charge des patients hospitalisés suite à l’incendie.

L’objectif pour l’Assurance Maladie était de vérifier la situation administrative (accès aux droits et aux soins) pour la cinquantaine de personnes concernées. Pour les personnes ne bénéficiant pas de couverture santé complémentaire, des procédures de demande d’ouverture de droit à la Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMU-C) ont été mises en place et l‘instruction de ces demandes effectuée dans les meilleurs délais. Ainsi, la prise en charge des frais engagés a pu être assurée et la qualité de soins aux sinistrés garantie.

Un conseiller de l’Assurance Maladie s’est rendu très régulièrement au sein de la cellule de crise mise en place par ADOMA afin de répondre aux multiples demandes des résidents et des structures ayant eu à prendre en charge les personnes à l’issue de leur hospitalisation. Cela a été notamment le cas des pharmacies dijonnaises qui souhaitaient avoir des informations quant aux modalités de prise en charge et de remboursement des divers produits prescrits par l’hôpital.

Enfin, la CPAM a mis en place une cellule centralisée de gestion de toutes les demandes concernant les personnes sinistrées, garantissant ainsi un examen attentif et suivi de ces cas, dans un contexte où le traumatisme est encore très présent.

 

 
 
 
  > Archives actualités
   
  > Autres actualités de la CPAM sur ameli.fr
 
 
 
.
 
 
       


Qui sommes-nous ?    -    Contacts    -    Newsletter    -    Documents/formulaires    -    Crédits    -    Plan du site    -    Ameli.fr