Actualités


Septembre 2018

Un nouveau dispositif en Côte-d’Or pour lutter contre le renoncement aux soins

Cela n’arrive pas qu’aux autres : selon une récente enquête menée par l’Assurance Maladie (CPAM) dans notre département, près d’1 assuré sur 4 déclare avoir déjà dû remettre des soins à plus tard pour diverses raisons. Face à ce constat, une cellule spécialisée est mise en place par l’Assurance Maladie, à Dijon, pour détecter les personnes les plus fragiles et les accompagner dans leur retour aux soins.

L’enquête a été réalisée en mai et juin 2018 dans le département, auprès de 2 000 Côte-d’Oriens qui ont fréquenté les agences de la CPAM et d’autres structures partenaires (CCAS, Agences Solidarité Famille, maisons de santé…) à Dijon, Beaune, Auxonne, Montbard, Genlis, Chenôve, Semur-en-Auxois, Pouilly…

Résultat : 22,4% des répondants ont déclaré avoir déjà renoncé à des soins, ou avoir besoin de soins sans pour autant les avoir réalisés.

soins concernés

Les raisons sont diverses : couverture insuffisante (notamment au niveau de la complémentaire santé), raisons financières et/ou personnelles, méconnaissance du système de santé ou difficulté pour rechercher un professionnel de santé / éloignement géographique. Les risques ? Une dégradation de l’état de santé et une qualité de vie amoindrie.

causes

Un dispositif pour détecter et accompagner les cas de renoncement aux soins

Grâce au nouveau dispositif mis en place, des conseillers de l’Assurance Maladie spécialement formés sont chargés d’accompagner les personnes les plus fragiles jusqu’à ce que leurs soins soient effectivement réalisés. La réponse est opérationnelle et concrète (bilan des droits aux prestations, orientation dans le système de soins, accompagnement au montage financier…).

Encore faut-il détecter ces assurés : les différents services de l’Assurance Maladie ont donc été formés à repérer les situations de renoncement aux soins parmi le public reçu (accueil, centre d’examens de santé, service médical…).

Des circuits spécifiques sont également mis en place entre la CPAM et les acteurs locaux de la solidarité (CAF, Pôle Emploi, CCAS, services sociaux, associations, travailleurs sociaux…) et de la santé (médecins, infirmiers, sages-femmes, hôpitaux…), qui pourront faire un signalement à la CPAM grâce à un formulaire dédié.

infographie

infographie2

Le renoncement aux soins : c’est quoi ?

Le non-recours renvoie aux personnes qui, en tout état de cause, ne bénéficient pas des droits ou des services, plus globalement des offres publiques, auxquels elles peuvent prétendre. Le renoncement aux soins renvoie au fait que des personnes déclarent avoir des besoins de soins mais ne pas pouvoir les satisfaire, pour différentes raisons.
Les personnes en situation de renoncement n’évoquent que rarement leurs difficultés d’accès aux soins si on ne les questionne pas sur le sujet, beaucoup les ayant intégrées comme inéluctables, n’attendant pas d’aide particulière en la matière ou ne sachant plus vers qui se tourner pour en obtenir.

La majorité de ces personnes n’a pas, par ailleurs, identifié la caisse primaire d’assurance maladie comme une structure pouvant leur apporter l’aide dont elles auraient besoin pour résoudre leurs difficultés en matière de soins.

 

 
 
étudiants
  > Archives actualités
   
  > Autres actualités de la CPAM sur ameli.fr
 
 
 
.
 
 
       


Qui sommes-nous ?    -    Contacts    -    Newsletter    -    Documents/formulaires    -    Crédits    -    Plan du site    -    Ameli.fr